LES PRODUITS PSYCHOACTIFS


 
 
 

Il existe plusieurs manières de distinguer les produits psychoactifs. Nous vous présentons ici la classification biologique (selon les effets sur le cerveau).

 

Cette classification distingue trois catégories générales : les dépresseurs, les stimulants et les perturbateurs.

 

Dépresseurs Stimulants Perturbateurs

 

Alcool

Protoxyde d'azote (gaz hilarant)

Kétamine

Poppers

GHB

 

MDMA

Cocaïne

Speed, Amphétamines

 

 

Cannabis

LSD

Champignons hallucinogènes

 

 

     

toutes drogues

Les dépresseurs

 Alcool, opiacés (opium, morphine, codéine, héroïne, méthadone, buprénorphine), tranquilisants (benzodiazépines, barbituriques), protoxyde d'azote, kétamine, GHB

 

Les dépresseurs ont un effet sédatif, désinhibant et parfois délirogène. A haute dose, ils provoquent une dépression de l'activité cérébrale liée aux systèmes vitaux (appareil respiratoire, cœur...) qui peut conduire au coma ou à la mort. De manière générale, les dépresseurs peuvent amener une dépendance physique forte.

 

Plus d’informations sur les différents produits avec nos flyers.

         
         
methadone   alcool  

Les stimulants

Nicotine, caféine, cocaïne, speed (amphétamines), MDMA (ecstasy), méthamphétamines, antidépresseurs, khat…

 

 Les stimulants augmentent l'activité du système nerveux central. Ils diminuent la sensation de faim, de fatigue, et donnent l'impression de gain en énergie et en capacités. A haute dose ou à consommation répétée, ils provoquent principalement des troubles de l'appareil cardio-vasculaire (qui peut mener à la crise cardiaque) et un épuisement physique et mental. La phase de « descente » ou de récupération peut s'accompagner de troubles paranoïaques et/ou d'un état dépressif.

 

Plus d’informations sur les différents produits avec nos flyers.

     

clopes

speed

Les perturbateurs

Cannabis, LSD, champignons et plantes hallucinogènes, salvia divinorum, DMT, PCP, 25-IN-BOME… 

 

Les perturbateurs modifient les perceptions sensorielles et le cours de la pensée. Ils provoquent des illusions, des hallucinations et agissent sur les émotions attachées à ces modifications perceptives. Les effets créent une sensation de voyage intérieur, de « trip ». Tout usage peut provoquer des troubles mentaux dû à la difficulté imprévisible de différencier l'expérience de la réalité.